MARION COUSIN & KAUMWALD





BIOGRAPHIE
En 2014, Marion Cousin (June et Jim, Borja Flames) initie une recherche de répertoire consacrée aux chants de travail et romances de la péninsule ibérique dans le but de transmettre et donner à entendre ce répertoire traditionnel hors de son aire.

Pour le premier volet de cette recherche, elle invite le violoncelliste Gaspar Claus à aborder l'archipel des Baléares et à écrire avec elle Jo estava que m'abrasava - Chants de travail et romances de Minorque et de Majorque (Les Disques du Festival Permanent / Le Saule, 2016), un dialogue entre violoncelle et voix qui se révèle être, en plus de la mise au jour d'un répertoire et de la rencontre entre deux musiciens et deux instruments, une exploration du champ vocal et de la plasticité de la voix.

Entendant offrir chaque volet de cette série à des musiciens différents, Marion Cousin invite en 2018 le duo Kaumwald, formé par Ernest Bergez (Sourdure, Orgue Agnès, Tanz Mein Herz) et Clément Vercelletto (Sarah Terral, Orgue Agnès, Luxus) à travailler avec elle des romances d'Estrémadure, qui s'enregistreront sous la forme d'un disque intitulé Tu rabo par'abanico - Romances de Extremadura (Les Disques du Festival Permanent / Le Saule, 2020).

Au sein de Kaumwald, déjà auteur de trois albums : Hantasive (Tomaturj / Opal Tapes, 2014), Rapa Nui Clan (Opal Tapes, 2016), Cormoran (In Paradisum, 2016), ces deux musiciens composent des paysages électroniques hypnotiques et accidentés, frôlant la chute et la transe. Ils puisent aux sources de la musique électroacoustique, s’égarent en lisières technoïdes et multiplient les détours vers les sonorités familières d’un folklore imaginaire.

Avec Marion Cousin, ils prennent pour point de départ la ritournelle et le récit apportés par ces romances d'Estrémadure, pour infuser et faire éclater cette matière première de leurs improvisations, collages, mutations et constructions électroacoustiques. La voix de la chanteuse y devient plus que jamais un matériau soumis à tous les séismes et métamorphoses.



PRÉSENTATION

Il y a des engagements qui n’ont de circonscription que celle du territoire. La série initiée en 2016 par Marion Cousin promet d’explorer la péninsule ibérique par ses traditions chantées et se propose d’offrir à chaque région choisie une collaboration spécifique, issue de ses envies, de ses rencontres et de ses amitiés. Combien de disques comprendra-t-elle? Quelles formes épouseront-ils? Qui seront ses compagnons de route? Rien ne semble figé ici. Ce second opus ancre le projet dans son terrain de jeu, confirme la naissance d’une série et nous montre surtout l’immense liberté et l’évident plaisir avec lequel ces chants anciens, pas tout à fait oubliés mais déjà rares, se révèlent vivaces, fertiles et résistants aux épreuves du temps.

Ici on se laisse emporter par la voix de Marion qui prend les voiles, quitte les îles de Minorque et de Majorque, où les chants de labour et de cueillette côtoyaient de tristes épopées romanesques et le violoncelle de Gaspar Claus, dans “Jo estava que m’abrasava - Chants de travail de Minorque et de Majorque, et nous emporte vers l’Estrémadure, région reculée d’Espagne, documentée en son temps par un Luis Buñuel fasciné par l’aridité, la dureté, la pauvreté de l’existence de ses habitants, par l’isolement de ses villages.

Le film a été tourné en 1933 et ne contient aucun son enregistré sur place. Pourtant ces hommes, ces femmes, ces enfants portent des chants, cela se devine presque sur leurs visages. Et ces chants sont certainement de ces romances proposés ici par Marion Cousin et Kaumwald.

Kaumwald c’est Ernest Bergez et Clément Vercelletto, qui à eux deux forment aussi les deux tiers du trio Orgue Agnès et de là, si on tire les fils, on peut voir apparaître une large famille de musiciens qui aiment décloisonner les genres et faire sonner les outils d’aujourd’hui comme s’ils avaient été chinés en brocante. Ernest de son côté sévit aussi en solo sous le nom de Sourdure, où il met au jour les chants populaires de France avec son violon, sa voix et quelques machines au son brut dont il a le secret.

Le duo pare les chants choisis par Marion d’une électricité organique qui circule entre les lettres, s’insinue parmi les syllabes et relève le groove abimé de ces ritournelles qui semblent n’avoir jamais cessé de se répéter. Le trio qui voit le jour ici propose huit titres arrangés dans une ancienne grange où ont été déployés des circuits électriques quasi fermés qui, outre une absorption et une transformation du chant pour un rendu à la fois étrange et évident, ont aussi mis en rythmes, en harmonies et en textures cette tentative réussie de transmission de ces textes et mélodies empruntés à la mémoire commune, celle des humanités, souvent rurales, qui aiment conter des histoires et offrir ainsi un spectre élargi à nos existences.



Discographie


Marion Cousin & Kaumwald
Tu rabo par'abanico
22 mai 2020 | LP | CD | MP3 | WAV | FLAC

Le trio propose huit titres arrangés dans une ancienne grange où ont été déployés des circuits électriques quasi fermés. Ils ont mis en rythmes, en harmonies et en textures la transmission de ces textes et mélodies empruntés à la mémoire commune, celle des humanités, souvent rurales, qui aiment conter des histoires et offrir ainsi un spectre élargi à nos existences.

Les Disques du Festival Permanent / Le Saule
 
Marion Cousin & Gaspar Claus
Jo estava que m'abrasava
sorti le 24 juin 2016
CD | LP | MP3 | FLAC | WAV

"Singulier et envoûtant" TÉLÉRAMA

"Voix sans âge et comme en stupeur de Marion Cousin, qui imprime par micro-tons d'étranges visions, ressac violent, cru, pierreux, de Gaspar Claus, on pénètre à travers ce répertoire dans les légendes dures des terres bordées de mer. C'est un isolement de fer, guetté par la tourmente et adouci seulement par des mélodies d'origine perdue, vierges ritournelles redites jusqu'au vertige et dont la faible lumière, vacillante mais tenace, vaut tous les soleils." LES INROCKS

"Magistral et intemporel" FRANCE CULTURE

Les Disques du Festival Permanent / Label Le Saule



VIDEOS


Marion Cousin & Gaspar Claus
Arreu arreu segadorsextrait de l'album "Jo estava que m'abrasava"



Interview








Photos


© Éloïse Decazes


© Marion Lefebvre




Le Saule
logo youtube logo soundcloud logo facebook logo bandcamp

Inscrivez-vous à la Lettre du Saule »



PLAYLIST


ÉCOUTEZ LA WEBRADIO DU SAULE »




AGENDA

Vendredi 10 avril | SORTIE D'ALBUM
Loup Uberto Racconto Artigiano



Vendredi 22 mai | SORTIE D'ALBUM
Marion Cousin & Kaumwald
Tu rabo par'abanico


les affiches des concerts »



JOURNAL

Léonore Boulanger, interview japonaise
"Practice Chanter" dans Magic

Découverte : Borja Flames dans Jazz News
Loup Uberto (Bégayer) sur France Culture
Les Ateliers Rommelpot dans TroisCouleurs
Conversations avec Boris Wolowiec
L. Boulanger : Espagne / Portugal 2017

Antoine Loyer sur Radio Campus Bruxelles
"Chansons 'Fraternelles" dans Panikabaret
La Maison d'Amour dans The Wire
Les enfants de Molenbeek et Antoine Loyer
Le Saule à l'honneur dans Magic

Exposition Loyer Le Nalbaut à Bruxelles
Les Inrocks: Marion Cousin & Gaspar Claus
Jo estava que m'abrasava, par Philippe Crab
Les Inrocks: Philippe Crab "Fructidor"
Katerine parle de Jean-Daniel Botta

Le Saule dans Trois Couleurs
Toute la petite table VII
Les Inrocks : JD Botta et Borja Flames
Aurélien Merle en session La Souterraine
Léonore dans le Grand Nord

Toute la petite table VI
“Remerle” dans Les Inrocks
Crab et Loyer - session La Souterraine
Antoine Loyer - interview "Latina"
June et Jim - France Culture




LIENS

Boris Wolowiec
Clouds Hill
Balades Sonores
Bongo Joe Records
Les Disques Bien
Les Disques du Festival Permanent
Petites Planètes
Alexandre Saada
Antoine Chanteloup
Colin Solal Cardo
Anouchka Desseilles
Etsuko Iida